Actualité

2030 : Les nouveautés qui vont changer l’automobile


La façon dont nous nous déplaçons est sur le point de changer !

Aux Jeux olympiques de Paris 2024, la société Helipass proposera des services de taxis volants électriques, et vous serez peut-être surpris d’apprendre que jusqu’à 35 % des utilisateurs de transports en commun et de VTC se disent prêts à en utiliser un !

De plus, les moteurs thermiques devraient disparaître des voitures neuves d’ici 2030 à 2035 selon les pays. Les dix prochaines années vont voir des innovations dans le secteur de l’automobile plus importantes que les trente dernières.

Dans cet article, nous vous présentons les principales tendances et nouveautés qui vont révolutionner notre façon de rouler en 2030.

Les informations et les données partagées dans cet article sont issues de la conférence Google Think Auto 2023.

Le paysage automobile à l’horizon 2030

Vous vous demandez sûrement à quoi ressemblera l’automobile en 2030 ? Selon les experts, nous aurons des voitures décarbonnées, connectées, offrant une expérience améliorée et plus de liberté pour les utilisateurs. Les grandes tendances les plus marquantes en 2030 seront :

  • La domination des voitures électriques et la fin progressive des moteurs thermiques pour les voitures neuves : il y aura 70 % d’immatriculations électriques ou hybrides en Europe en 2030.
  • Une évolution vers la conduite assistée, avec le développement des voitures autonomes de niveau 2 ou 3. Une voiture de niveau 2 aura 50 % de chance de moins d’avoir un accident qu’une voiture de niveau 0 !
  • La présence de plus en plus de logiciels et de technologies électroniques embarquées: une voiture autonome de niveau 2 aura 5 % d’électronique en plus qu’une voiture thermique de niveau 0.

 

Photo du tableau de bord d'une voiture

Les impacts de l’émergence de la voiture électrique

D’ici 2035, il devrait ne plus y avoir de voitures thermiques neuves à la vente en France et dans l’Union européenne. Au Royaume-Uni, cela serait même dès 2030.

Aujourd’hui, 22 % des ventes de voitures en Europe sont des véhicules électriques ou hybrides : 12 % sont des voitures 100 % électriques et environ 10 % sont des véhicules hybrides.

Et il y a de plus en plus de conducteurs qui s’intéressent aux voitures électriques : cette année, 30 % des automobilistes souhaitant changer de véhicule ont considéré l’achat d’une voiture électrique, contre 20 % l’année dernière. En moyenne, ils ont considéré 3 modèles pour l’électrique contre 2 pour le thermique.

Cet intérêt grandissant pour la voiture électrique se constate également sur Internet : entre 2021 et 2022, le nombre de requêtes liées à la voiture électrique tapées sur les moteurs de recherche comme Google a augmenté à toute vitesse avec une hausse de 30 %.

L’adoption de la voiture électrique a des effets inattendus : c’est souvent l’occasion pour de nombreux automobilistes de changer de marque. On constate ainsi une fidélité aux constructeurs auto en recul : 32 % pour les véhicules électriques contre 47 % pour les véhicules thermiques. Ainsi, 70 % des acheteurs d’une Volkswagen électrique étaient nouveaux à la marque et achetaient une Volkswagen pour la première fois.

L’achat d’une voiture électrique n’est pas un acte anodin. Acheter un véhicule électrique, c’est rentrer dans un nouvel écosystème de systèmes de recharge, de systèmes connectés, etc.

Ce passage à l’électrique implique donc aussi des défis à relever comme la création d’un réseau national de bornes de recharge. En effet, 65 % des Français ne considèrent pas l’électrique comme une option en raison de la recharge qui leur paraît difficile à gérer au quotidien.

Enfin, on constate également que la hausse des ventes de voitures électriques s’accompagne d’une hausse des recours à différentes solutions de financement alternatives comme l’abonnement ou la location (LOA et LLD).

 

Photo de voitures électriques en cours de recharge

La place grandissante du digital dans l’automobile

On observe de plus en plus l’impact du digital dans le secteur de l’automobile.

En effet, le digital accompagne les automobilistes de la phase de découverte et d’inspiration jusqu’à l’achat de leur nouvelle voiture, qu’il s’agisse d’un véhicule neuf ou d’occasion.

Aujourd’hui, de plus en plus d’automobilistes se tournent vers Internet pour trouver des informations sur leur prochaine voiture. Cela a un impact sur la façon dont ils achètent des voitures, car ils ont maintenant accès à plus d’informations et de supports pour prendre leur décision.

Cela a aussi pour conséquence que les automobilistes prennent leur décision plus rapidement, souvent en moins d’un mois. En effet, 59 % des acheteurs automobiles ont mis moins d’un mois pour passer du début de leur recherche à l’acte d’achat.

En 2022, 7 acheteurs sur 10 ont découvert leur voiture en ligne, bien que la plupart des ventes se font encore en concession. En France, 93 % des ventes de voitures neuves sont réalisées en concession contre 7 % en ligne. En Allemagne, c’est 15 % des voitures neuves qui sont vendues en ligne et près de 20 % au Royaume-Uni.

En 2022, les automobilistes ont eu principalement recours aux moteurs de recherche sur Internet pour trouver des informations lors de leurs recherches. Ils ont également utilisé la vidéo et les sites Internet des constructeurs.

La vidéo, et surtout YouTube, est devenue très importante dans le processus d’achat d’une nouvelle voiture. Aujourd’hui, 40 millions de Français utilisent YouTube chaque mois. Ils passent 36 minutes par jour en moyenne sur la plateforme.

Les vidéos sur YouTube sont particulièrement populaires auprès des acheteurs de voitures puisque 41 % d’entre eux les utilisent. Les acheteurs préfèrent les vidéos qui montrent des voitures en utilisation réelle, produites par des experts ou des passionnés de l’automobile. Certaines marques automobiles comme Porsche, Michelin ou Hyundai ont déjà misé fortement sur YouTube.

Quelles seront les attentes des automobilistes en 2030 ?

Les automobilistes ont accès à des mines d’or grâce au digital. Ils peuvent accéder à une multitude d’informations et de renseignements pour parfaire leur connaissance sur les voitures. Ils ne recherchent donc pas les mêmes types de conseils qu’auparavant. L’automobiliste étant déjà bien renseigné sur les véhicules, il aura davantage besoin de conseils sur les offres, comme les garanties ou les solutions de financement.

Aujourd’hui, les automobilistes attendent une approche davantage centrée sur eux, plutôt que sur la voiture : 53 % des acheteurs ne font qu’une seule visite en concession… pour acheter leur véhicule !

Les acheteurs souhaitent une expérience fluide entre le site Internet et la visite en concession. Ils souhaitent éviter les points de friction. Ils attendent de l’efficacité, de la cohérence et un traitement rapide et efficace de leurs demandes.

 

Photo d'un couple dans une concession auto avec un vendeur

L’avenir de la vente automobile

Les concessions automobiles sont touchées par une évolution brutale des usages. Nous l’avons dit, 53 % des acheteurs ne font qu’une visite en concession avant achat.

Pour comprendre ce chiffre, il faut s’arrêter un instant sur ce qui poussent les automobilistes à se rendre en concession :

  • La disponibilité du véhicule souhaité ;
  • Un prix transparent ;
  • Des réponses rapides et efficaces à leurs demandes ;
  • La proximité géographique de la concession par rapport au domicile.

De plus, les automobilistes recherchent de plus en plus la possibilité d’une expérience client 100 % digitale. Il est vrai que 93 % des achats de véhicules neufs sont encore fait en concession, mais la plupart des décisions sont déjà prises quand l’automobiliste pousse la porte de la concession.

Quels sont les principaux freins au passage en concession ? Les automobilistes évoquent :

  • la perte de temps ;
  • la pression d’un vendeur ;
  • le manque de transparence sur le prix.

Ainsi, on comprend que l’acheteur automobile recherche une transition du digital à la concession qui se fasse sans friction.

Le groupe Stellantis a commencé à répondre à ces attentes avec Stellantis & You : un « one-stop shop », c’est-à-dire une place de marché digitale unique et multimarque.

D’ici 2030, l’avenir de la vente automobile pourrait se faire sous la forme de plateformes uniques qui proposeront des mobilités très différentes, mais complémentaires (urbaine, périurbaine, rurale, quadricycle, 2 roues, 3 roues, financement, abonnement, location, etc.).

Actualité
Essai Citroën C4 Cactus avec VPN Autos
Actualité
Gagnez de nombreux cadeaux à l’occasion des 120H Chrono de Novembre !
Actualité
Tout savoir sur la réforme du permis
Il n'y a actuellement aucun commentaire.