Actualité

Gouvernement : le diesel aurait-il mis trop de temps à chauffer ?


Les véhicules diesel sont une nouvelle fois placés au centre des questions du gouvernement concernant cette fois-ci, en plus de l’écologie, les finances publiques, qui semblent être le cheval de bataille du gouvernement.

Débat sur le Diesel au sein du gouvernement

Des pistes sont évoquées au sujet du Diesel par le gouvernement

Le diesel semble en effet être le nerf de la guerre et résoudre ce problème mènerait les consommateurs à modifier leurs habitudes de consommation. Concernant l’aspect écologique la ministre dédiée à ce domaine s’est exprimée sur la question, a soumis récemment l’hypothèse d’un retour à la « prime à la casse », sans pour autant la mentionner comme telle. Elle envisage en effet de faire évoluer le parc automobile français, tout le moins concernant le diesel. Cet éventuel retour permettrait aux bénéficiaires de changer leurs anciens véhicules diesel, relativement pollueurs, pour un produit plus récent, qui est plus adapté aux habitudes modernes de consommation et aux exigences. Cela permettrait donc un essor de vente de voitures neuves est les constructeurs français sont au rendez-vous. Actuellement Citroën propose des voitures essence à petit prix, c’est également le cas de Renault et du mandataire Peugeot. Pour les constructeurs européens, les Allemands sont aussi présents avec des remises importantes sur les Volkswagen neuve depuis quelques semaines.

Cette idée n’a cependant pas été reprise par le ministre du Redressement productif qui voit dans cette mesure un effet pervers non négligeable, qui vient accroître le carnet de commandes des constructeurs étrangers, aux dépens de nos modèles français. Pour le ministre, il est donc plus intéressant de favoriser l’accès aux modèles français tels qu’une automobile Peugeot neuve, afin de redonner un coup de boost à nos constructeurs, quittant ainsi le domaine écologique.

Pour approfondir sur le domaine de l’économie, la Cour des comptes a elle aussi été amenée à se prononcer sur la question et la position est toute autre. Pour elle, il est nécessaire de taxer le gazole au même niveau que l’essence, afin de ne plus favoriser l’acquisition de ces véhicules qui représentent tout de même plus de la moitié des véhicules circulant en France. Selon elle, les mesures favorisant le gazole et son essor ont fait perdre 7 milliards d’euros à la France en 2011. Des pistes sont donc à étudier.

 

Actualité
Volume de chargement : quel monospace à la palme ?
Actualité
Mlles Léonardo DiCaprio se lance dans la course automobile électrique
Actualité
Découvrez la livraison de carburant avec POMP
Il n'y a actuellement aucun commentaire.