CONSEILS ET ASTUCES PRATIQUES

Jeunes conducteurs : nos conseils pratiques et utiles pour bien commencer sa vie d’automobiliste


La France comptabilise sur ses routes plus de 40 millions d’automobilistes. Mais qu’en est-il des jeunes conducteurs ?

En 2020, on enregistrait plus de 979 000 candidats inscrits à l’examen du permis de conduire, contre plus de 1 million en 2016. Cela fait maintenant 6 ans que le nombre de nouveaux inscrits ne cesse de diminuer, ce que la crise sanitaire liée à la Covid-19 a accentué. Cela démontre une difficulté croissante des jeunes à accéder au statut d’automobiliste.

Nous partageons dans cet article quelques conseils pratiques à l’attention des jeunes étudiants pour les aider à aborder plus sereinement leur nouvelle vie d’automobiliste sans casser leur tirelire.

Comment bien choisir son auto-école sans se ruiner ?

Première étape de sa vie d’automobiliste : passer le permis de conduire. C’est une dépense loin d’être négligeable puisqu’il faut compter environ 1 800 euros, et plus de 2 000 euros en cas d’échec à l’examen. C’est le sort d’environ 40 % des candidats qui échouent lors de leur première tentative.

Une solution simple pour économiser quelques deniers sur le passage du permis de conduire est de comparer les auto-écoles. Certains sites Internet comme vroomvroom.fr ou quelpermis.com, pour ne citer qu’eux, permettent de faire des comparatifs des auto-écoles autour de chez soi.

Leçon de conduite

Ces comparateurs permettent de connaître, entre autres choses, le taux de réussite de l’auto-école et les avis des anciens clients. Il faut toutefois appeler les auto-écoles ou se rendre sur place pour connaître les tarifs qu’ils pratiquent.

La conduite accompagnée

Hormis la pression d’avoir ses parents à côté de soi, qui ne manquent pas de nous faire remarquer la moindre erreur de conduite, la conduite accompagnée offre de nombreux avantages.

Tout d’abord, elle permet d’économiser en moyenne 550 € par rapport au permis classique. Qui plus est, les candidats ayant opté pour la conduite accompagnée affichent un meilleur taux de réussite à l’épreuve de conduite que les autres candidats.

De plus, après l’obtention du permis de conduire, les automobilistes qui ont eu recours à la conduite accompagnée détiennent un permis probatoire pendant seulement 2 ans, contre 3 ans pour ceux qui ont passé le permis de façon classique.

Enfin, la conduite accompagnée permet de faire des économies sur les frais d’assurance.

Conductrice en conduite accompagnée

Quels sont les prérequis pour faire la conduite accompagnée ? Il faut :

  • avoir un accompagnateur qui a le permis de conduire depuis plus de 5 ans sans interruption ;
  • être âgé de 15 ans minimum au moment de l’inscription ;
  • être âgé de 17 ans et demi minimum et avoir parcouru au moins 1 000 km pour se présenter à l’examen ;
  • demander l’autorisation à l’assureur de la voiture.

Le permis de conduire low-cost

Depuis quelques années, un nouveau phénomène touche le marché des auto-écoles.

En effet, certaines auto-écoles proposent de passer le permis de conduire de façon « low-cost », c’est-à-dire à des prix défiant toute concurrence. Ce sont le plus souvent des établissements qui n’ont pas de présence physique et qui sont 100 % digitaux.

Ainsi, ces auto-écoles low-cost proposent des tarifs compris, en moyenne, entre 700 € et 800 €, soit deux fois plus bas que ceux proposés par les auto-écoles classiques.

Le tarif de l’heure de conduite est également plus bas : il faut compter en moyenne 35 € l’heure pour une école low-cost, contre plus de 50 € pour une auto-école traditionnelle.

Jeune conductrice au volant

Avant de s’inscrire dans l’une de ces auto-écoles à bas coût, il est vivement recommandé de vérifier qu’elle a bien obtenu son agrément préfectoral et qu’il n’y a pas de frais cachés. Les évaluations en ligne permettent également de s’assurer du sérieux de l’entreprise.

Dans ces auto-écoles, l’apprentissage du code se fait uniquement en ligne. Le candidat peut échanger avec des moniteurs sur l’application, le site web ou par e-mail. Ce mode de fonctionnement peut être contraignant pour ceux qui préfèrent apprendre en étant présents physiquement.

Voici une liste non-exhaustive d’auto-écoles low-cost :

  • envoituresimone
  • permispascher
  • auto-ecole.net
  • lepermislibre.fr

Il existe, par ailleurs, différentes aides financières de l’État qui varient en fonction de la situation du candidat. Le gouvernement a mis en place un simulateur pour aider les candidats à découvrir les aides auxquelles ils peuvent avoir droit.

Les coûts à prévoir à l’achat de sa première voiture

1. La carte grise

Le certificat d’immatriculation, aussi appelé carte grise, est un document obligatoire pour qu’un véhicule puisse circuler en toute légalité. Il fait office de carte d’identité du véhicule : toutes les informations concernant le véhicule y seront répertoriées. Il permet également d’identifier le véhicule en cas d’accident ou de vol.

Le coût de la carte grise n’est pas fixe, mais il varie en fonction de divers critères, dont le montant de la taxe régionale, le malus écologique, la marque du véhicule, le modèle ou encore la puissance du moteur.

Il est donc conseillé pour un jeune conducteur de ne pas choisir un véhicule trop puissant pour faire des économies sur le coût de la carte grise.

2. L’assurance auto

L’obtention du permis de conduire et l’achat de sa première voiture sont synonymes d’émancipation dans la vie d’un jeune. En revanche, choisir son assurance auto, en tant que jeune conducteur, peut s’avérer être un vrai casse-tête.

Les jeunes conducteurs restent des automobilistes comme les autres. Ils doivent donc souscrire, au minimum, à une assurance auto au tiers afin de couvrir les éventuels dommages corporels et matériels en cas d’accident responsable.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : les jeunes sont responsables de plus de 30 % des accidents de la route. Par conséquent, les assureurs considèrent qu’il est plus risqué d’assurer un jeune conducteur, ce qui justifie le montant élevé des primes d’assurance pour les jeunes conducteurs.

Contrat d'assurance auto

Cependant, après deux ans de couverture consécutive, l’assureur peut réétudier le contrat. En l’absence d’accidents, le tarif de l’assurance auto peut être revu à la baisse.

Il existe toutefois des solutions pour payer son assurance auto moins cher en tant que jeune conducteur.

Comme évoqué précédemment, la conduite accompagnée permet de réduire de 50 % la surprime pratiquée par les assureurs pour tous les jeunes conducteurs.

Il est également possible de négocier avec l’assureur des parents. Si ces derniers sont fidèles à leur assureur et ont de bons antécédents, le jeune conducteur peut tenter de négocier une réduction de prime allant jusqu’à -30 %.

Un jeune conducteur a également l’option de s’assurer en tant que deuxième conducteur sur le contrat d’assurance auto de ses parents, ou d’un autre membre de la famille, à condition qu’il ne prévoit d’utiliser le véhicule de ses parents que de façon occasionnelle. Dans ce cas, le jeune conducteur économise les surprimes en attendant de devenir un conducteur confirmé (3 ans de permis) tout en accumulant de l’expérience de conduite. Le surcoût pour les parents est limité.

Il existe 3 types principaux d’assurance auto :

  • L’assurance auto au tiers : cette assurance inclut la responsabilité civile, elle est financièrement intéressante, mais sa couverture reste très limitée en cas d’accident.
  • L’assurance auto au tiers étendu, qui est une bonne solution pour les jeunes, car elle offre une meilleure couverture que l’assurance auto au tiers. Elle intègre, par exemple, la garantie bris de glace, ce qui n’est pas le cas de l’assurance au tiers.
  • L’assurance auto tous risques, qui est la plus complète en termes de couverture, mais elle n’est pas nécessairement la meilleure solution sur le plan financier pour les jeunes conducteurs.

3. Autres coûts

La révision et l’entretien du véhicule, particulièrement pour un véhicule ancien, représentent un coût à prendre en considération. On retrouve le contrôle technique, la vidange et les réparations techniques. Tout cela représente un budget d’environ 900 € par an, soit en moyenne 17 % du budget voiture.

Le contrôle technique est souvent de rigueur après avoir parcouru entre 15 000 et 30 000 kilomètres, selon l’utilisation et l’âge du véhicule. Les automobilistes doivent prévoir en moyenne une révision tous les six mois à partir du 4e anniversaire de leur voiture.

Réparation d'un véhicule dans un garage

Il est possible de réaliser un pré-contrôle technique avant le contrôle technique obligatoire. Il s’agit d’une vérification volontaire visant à déceler tout défaut du véhicule avant l’inspection technique périodique obligatoire. L’objectif est de rassurer sur l’état du véhicule avant de prendre la route pour un long trajet ou après une petite collision.

Quand est-il des frais d’essence ? En moyenne, les Français font le plein deux fois par mois, ce qui représente un budget d’environ 1 500 € par an.

Pour les gros rouleurs, le coût des péages peut constituer un budget important à lui tout seul. Dans un souci d’économie, les jeunes conducteurs peuvent privilégier les routes nationales quand cela est possible.

L’amaxophobie chez les jeunes conducteurs

Plus courante chez les jeunes conducteurs, bien qu’elle peut aussi toucher les conducteurs plus âgés, l’amaxophobie se caractérise par une peur de la conduite. Elle se traduit par des crises d’angoisse qui surviennent dès qu’une personne est confrontée à la conduite, voire même en cas d’anticipation.

La peur engendrée par le manque d’expérience de conduite est tout à fait normale. Nous apprenons à conduire avec un moniteur dans une voiture adaptée, qui permet au moniteur de freiner ou de reprendre le contrôle à tout moment. Une fois le permis en poche, on se retrouve seul et il est donc normal d’avoir de l’appréhension et d’être stresser.

Jeune conductrice stressée au volant

Face à cette angoisse, la présence d’un proche dans le véhicule peut être rassurante lors de ces premiers trajets en tant que jeune conducteur. Il est également conseillé, au début, d’emprunter des routes qui nous sont très familières.

Si cette angoisse persiste, il existe plusieurs solutions pour la réduire ou la surmonter comme la thérapie comportementale et cognitive (TTC) ou la thérapie en réalité virtuelle (TRV).

 

CONSEILS ET ASTUCES PRATIQUES
Quelles différences entre les types de carburant ?
Actualité
Qu’est-ce qu’un SUV ? Découvrez tout sur les SUV : caractéristiques, avantages…
Actualité
Automobile : ce qui change en 2018
Il n'y a actuellement aucun commentaire.